Lecture : « La désirante » de Malika Mokeddem

la désirante« Je m’ébroue, installe le pilote automatique, rentre dans le bateau, ouvre le livre de bord. Je dois me faire violence pour ne pas relire, une fois de plus, tes dernières annotations. Sur la page encore vierge leur faisant face, j’écris : vendredi 5 juin 2009. Sortie de Port Camargue à 5 heures du matin. 15 noeuds à l’anémomètre. 10 au loch. Compas sur 114 degrés. Mer peu agitée. »

Ainsi commence la quête d’une femme pour retrouver son amour disparu en mer quelque part en Méditerranée, entre Italie, Sicile et Tunisie. A bord de Vent de Sable, leur voilier retrouvé vide par les gardes-côtes italiens, elle entreprend la recherche de son unique amour. Elle, l’orpheline du désert algérien, a découvert l’amour et la mer avec Léo, après une longue errance intérieure. Elle ne peut accepter de l’imaginer tombé à la mer, lui le marin aguerri, dont après plusieurs mois le corps n’a pas été retrouvé. C’est par la mer, en refaisant le trajet accompli par Léo, qu’elle espère dénouer l’inexplicable disparition de l’homme de sa vie.

Au-delà de l’intrigue et de son environnement maritime, c’est avant tout une longue lutte intérieure pour cette femme en qui le désert et la mer se confondent. Enfant sans famille, ayant fuit l’Algérie des massacres, elle se lance en mer avec toute l’énergie de l’espoir sur les traces d’un amour passionné.

Une belle histoire, écrite par une écrivaine qui met une grande sensibilité dans un suspense qui va bien au-delà d’un simple polar.  Après les lourds ouvrages historiques lus cet hiver, voilà un retour littéraire bien agréable.


La désirante, Malika Mokkedem – Editions Grasset 2011

Les autres titres de la rubrique Lecture

Facebooktwittermail