Galileo, c’est parti !

A peine publié, le 20 octobre, mon précédent billet sur le nouveau chipset GPS de l’iPhone 4S – permettant de recevoir les signaux du système GLONASS russe – dans lequel j’ai inséré un commentaire sceptique sur l’avenir de Galileo, que je me vois rattrapé par l’actualité.

Non seulement les deux premiers satellites de  Galileo ont été lancés le lendemain 21 octobre avec succès depuis Kourou, mais de plus par le lanceur russe Soyouz ! J’espère que vous apprécierez le comique de la situation…

Malgré la crise économique qui touche l’Europe, la Russie lui apportant un lanceur deux fois moins cher que Ariane 5, le programme Galileo longtemps ajourné peut enfin démarrer. Le deal est assez amusant, et d’une certaine manière rassurant. Les russes vendant leur lanceur Soyouz d’un rapport fiabilité/prix imbattable aux Européens, qui le propulsent depuis la Guyane, bien meilleur site de lancement que Baïkonour (car proche de l’Equateur). Le premier contrat consistant à mettre en service une constellation de satellites GPS qui sera, à terme, concurrente du système GLONASS russe. Amusant, non ? On peut appeler cela pragmatisme économique, ou mondialisation, comme vous voudrez.

Galileo constellation

Deux autres satellites sont planifiés en 2012, dix autres devraient suivre d’ici 2014. Si le calendrier annoncé est respecté, j’aurai peut-être encore la chance d’utiliser le positionnement Galileo sur mon Mac, mon iPad ou mon iPhone 😉


A lire la presse sur le sujet :
Les Echos
Ouest-France

Facebooktwittermail

3 Replies to “Galileo, c’est parti !”

  1. C’est vraiment une bonne nouvelle et assez rare pour être signalée cette compatibilité entre les systèmes.
    Pour soyouz c’est une société commune qui assure le lancement avec vocation de lancer d’autres satellites que Galileo

    1. Apple n’a rien à voir là-dedans. C’est le chipset qui fait tout, à savoir la réception sur la longueur d’onde décodée de GLONASS. De son côté, le système Galileo est prévu pour fonctionner sur les même longeurs d’onde que le GPS américain. De ce fait, tous les récepteurs GPS actuellement sur le marché recevront les données de Galileo dès que celui-ci émettra.

Les commentaires sont fermés.