Cyber-attaques et navigation de plaisance

Garmin a été victime d’une cyber-attaque qui a débuté le 23 juillet dernier et a duré plusieurs jours. La panne provoquée a perturbé un grand nombre de ses services en ligne.

Les clients de Navionics ne pouvaient plus accéder au serveur de Navionics via leurs identifiants de connexion. L’application Navionics Boating, l’installateur de cartes et le visualiseur de cartes Navionics ont tous été impactés. les produits ne pouvaient plus être achetés directement sur le site web de Navionics. Les traceurs de cartes pouvaient toujours être utilisés comme appareils autonomes pendant cette défaillance de Garmin, mais les cartes ne pouvaient plus être téléchargées ni mises à jour. Lire la suite …

La précision des GPS [brève de l’été]

On me demande toujours – et ce depuis des lustres – quelle confiance accorder aux GPS de nos tablettes et smartphones. Au risque probablement de me répéter, je persiste à affirmer que nos appareils mobiles sont dotés des récepteurs GPS les plus précis qu’on puisse trouver en usage civil, particulièrement pour la navigation de plaisance. Lire la suite …

Formations embarquées avec ACM Catamaran [2020]

En 2020 les formations iPad avec ACM Catamaran sont reconduites et étendues. ACM commence également la décennie avec un tout nouveau site web beaucoup plus convivial, esthétique et efficace. J’encadre des formations « Naviguer avec Weather4D Routage & Navigation sur iPad » en week-end embarqué sur un des catamarans de l’école de croisière (Lagoon 380) au départ de la base de Hyères – Le Gapeau. De 3 à 6 personnes pour ces formations intensives qui rencontrent un franc succès depuis plusieurs années.

Le calendrier 2020. est disponible et les inscriptions ouvertes pour septembre à novembre. Lire la suite …

Le RIPAM toujours adapté à son objectif ?

On ne peut que constater, depuis trois décennies, l’accroissement phénoménal du trafic commercial maritime mondial, la multiplication récente des drones maritimes, à des fins de recherche scientifique et diverses, des sous-marins télécommandés civils, militaires, et même à l’usage des trafiquants, et bientôt la mise en service inéluctable de navires de commerce entièrement automatisés et pilotés à distance. Cette évolution est directement liée à la multiplication des moyens de communication et de positionnement par satellites permettant de téléguider les mobiles en mer.

Même avec le confinement pendant la pandémie Covid-19 le trafic maritime ne cesse jamais. Vue Marine Traffic

Parmi les nombreux questionnements — éthiques, sociaux, écologiques, politiques — que cela peut soulever, le plus immédiat concerne la sécurité de la navigation, pour le commerce comme pour la plaisance. Ce qui implique plus précisément le Règlement International pour Prévenir les Abordages en Mer, le RIPAM (¹). Lire la suite …

Les cartes électroniques sont-elles réglementaires en France ? [MAJ]

Cette question me revient de temps à autres, et comme nul n’est censé ignorer la loi, je me sens dans l’obligation d’apporter ma contribution à l’édification des foules (de plaisanciers) en fournissant une réponse collective.

Navigation

Navigation manuelle ou électronique, laquelle choisir ?

Lire la suite …

VMG / VMC – pour les nuls

Les applications de navigation regorgent d’acronymes. Ce langage codé et abscons a été à l’origine développé pour les instruments électroniques de navigation, GPS cartographiques et autres traceurs. Ces acronymes, sous la forme de trois lettres le plus souvent, sont la contraction de termes définissant des données propres à la navigation et aux fonctions qui s’y rapportent. Cela facilite l’affichage sur les écrans en prenant peu de place. Si certains de ces acronymes sont relativement bien assimilés par le plaisancier, comme SOG pour Speed Over Ground (vitesse sur le fond), on arrive vite à des subtilités pas toujours maîtrisées comme COG pour Course Over Ground, qui signifie «route sur le fond», dont le terme «Course» en anglais peut signifier «route» ou «cap» selon son contexte. Lire la suite …

Man Over Board

Crédit: SNSM Bandol

De tous temps les marins ont eu la hantise de la chute à la mer. Même avec un équipage entraîné, la manœuvre de récupération d’un équipier tombé à l’eau est hasardeuse, déjà au moteur, mais encore plus à la voile. Au cours de mes années d’apprentissage aux Glénans, chaque embarquement était l’occasion de s’entrainer systématiquement à cette manœuvre, à la voile, en s’efforçant de venir « mourir » à la cape courante au vent de l’infortuné, fort heureusement matérialisé par une bouée amarrée à un seau faisant ancre flottante. Mais le vrai problème n’était pas là. Il fallait avant tout ne pas perdre l’équipier de vue, car revenir sur sa position de chute « à l’estime » était virtuellement une mission impossible. Et encore aujourd’hui, avec nos moyens électroniques sophistiqués, ce n’est pas aussi facile qu’on pourrait bien le croire… Lire la suite …

Disparition de l’application Almanac sur iPad

En février 2016 j’ai écrit un article élogieux sur cette version numérique du Reed’s Nautical Almanac, une mine d’informations sur les côtes de l’ouest européen. Las, l’éditeur Bloomsbury, qui a racheté il y a quelques années les éditions du Reed’s, en a décidé autrement. La fin annoncée en début d’année a été concrétisée en septembre.

Ceux qui on déjà l’application, avec un abonnement “toutes zones” pourront continuer à l’utiliser. Mais toutes les informations quotidiennes provenant d’une connexion internet (météo, cartes météo MetOffice, marées, etc.) ne seront plus mises à jour, pas plus que les informations nautiques et portuaires permanentes. Heureusement ces dernières sont présentes en mémoire dans l’application, et encore utilisables quelques années.

Bloomsbury ne propose plus que les versions papier traditionnelles, accompagnées d’une version PDF au nombre de pages parfaitement indigeste.

What a pity!

–––