G-Stell le sextant du futur

g-stell sowiloIncroyable ! A une époque où les réseaux GPS se multiplient (GPS, GLONASS, Beidou-2, et bientôt Galileo) un ingénieur de génie, passionné de voile, crée une société et invente le remplaçant du sextant de papa : un sextant électronique ne nécessitant aucune connaissance, dotée d’une précision annoncée inférieure à un mille nautique, le G-Stell.

Au Nautic de Paris, sur le stand iTabNav pendant dix jours, je n’ai malheureusement pas eu le temps de rencontrer Franck Polidor, lorsqu’il a présenté son bijou. Mais j’ai lu tout ce que la presse a écrit à son sujet, et franchement je regrette de l’avoir manqué. J’ai déjà fait part, dans plusieurs billets (¹) de mon attachement à ce merveilleux instrument qu’est le sextant, et je suis sincèrement ébahi de voir un créateur lancer un produit aussi innovateur à contre-courant des systèmes de navigation actuels.

g-stellEn s’appuyant sur deux PME de haute-technologie normandes, Sominex pour la partie électronique et Starnav pour la navigation astrale, G-Stell se manipule comme une lunette de visée. Équipé d’une centrale inertielle, d’une caméra et de l’électronique appropriée, G-Stell reconnaît les astres visés, mesure les angles et gère les calculs. Il se connecte à un ordinateur pour afficher les résultats. Encore en phase de test, l’objectif est d’atteindre une précision inférieure à un  mille nautique.

Voilà un outil qui pourra intéresser grandement la marine marchande, un sextant étant toujours obligatoire à bord des navires. Et pour nous autres plaisanciers, si d’aventure une catastrophe nous privait du système GPS, une solution comme le G-Stell pourrait être salutaire, d’autant qu’il n’est pas certain qu’on puisse trouver encore longtemps des sextants traditionnels en fabrication.


(¹) Des alignements et du sextant / Celestial–le point astro sur iPhone et iPad

Facebooktwittermail