Les documents nautiques sur support électronique [MAJ]

(Article original 27 juin 2018)

Depuis la publication de la division D240 remplacée, applicable à dater du 6 mai 2019 (voir mon article précédent), il est désormais officiel que les documents nautiques obligatoires peuvent être embarqués sous forme numérique.

[MAJ le 24/08/2020]

2.03.7 Un moyen de connaître les heures et coefficients de marée du jour et de la zone considérés. Ce document n’est pas requis en Méditerranée.

2.04.7 Le règlement international pour prévenir les abordages en mer (RIPAM), ou un résumé textuel et graphique, éventuellement sous forme de plaquettes autocollantes, ou sur support électronique et son appareil de lecture.

2.04.8 Un document décrivant le système de balisage de la zone fréquentée, éventuellement sous forme de plaquettes autocollantes, ou sur support électronique et son appareil de lecture.

2.05.5 Le livre des feux tenu à jour ou disponible sur support électronique et son appareil de lecture.

La plupart d’entre eux étant désomais en téléchargement libre, cela permet un substantiel gain de place et de poids dans la bibliothèque du bord, et aussi d’économies ! Voici donc un rapide inventaire des documents français officiels et privés, disponibles au format PDF, pouvant être sauvegardés dans la bibliothèque Apple Livres sur iPhone et iPad (et également sous Android).

Documentation et ouvrages

L’application Apple Livres permet de créer des classeurs personnalisés afin d’y ranger les documents que vous souhaitez y importer.

Les ouvrages du SHOM, Météo-France, et autres indispensables dans ma collection “Navigation”

• Ouvrages disponibles sur le site du SHOM

Le SHOM s’est ouvert partiellement à l’Open Data. Le catalogue des produits numériques permet de télécharger gratuitement un certain nombre d’ouvrages au format PDF, qui pourront être ensuite ouverts dans Apple Livres.  Certains sont gratuits, d’autres payants. Il suffit seulement de créer un compte.

• Documentation disponible publique

Sur le site Légifrance on peut télécharger en PDF l’intégralité de la Division D240 publiée au Journal Officiel (JORF).

• Ouvrages disponibles de Météo-France

Météo-France ouvre un accès public à son portail documentaire. On peut y télécharger gratuitement de nombreux ouvrages de grande qualité sur la météorologie au format PDF. A vous de fouiner dans les nombreuses entrées du site, on y débusque des perles rares.

Le Guide Marine annuel de Météo-France. Tous les moyens de prendre la météo en mer, les dispositifs, les fréquences, indispensable, d’autant que la VHF est devenue obligatoire en navigation à partir de 6 MN d’un abri (1er janvier 2017).

Applications

• Annuaire des Marées

L’incontournable marée.info pour avoir en permanence les prévisions du SHOM pour la France avec une interface particulièrement soignée offrant de nombreuses options (réglages de seuil, tirant d’eau, notifications, etc.). Données quotidiennes gratuites, annuelles sur abonnements progressifs.

Ayetides (iPhone) / Ayetides XL (iPad) pour ceux qui ont besoin des prédictions de marées partout dans le monde, plus de 13.000 stations, valable jusqu’en 2030.

• Balisage et Feux des navires

Notre ami Jean-Louis Guéry, journaliste récemment retraité mais visiblement toujours aussi actif, vient de publier avec le support du développeur Teach on Mars, une petite application de balisage ultra didactique : Le balisage maritime permet,  non seulement d’apprendre les subtilités du balisage maritime, mais aussi pour les vieux loups de mer de faire le point sur l’état des connaissances et surtout des lacunes sous la forme d’un Quizz. Plus récemment est venue s’ajouter Feux et marques des navires, dans le même esprit. Honte à moi, je n’ai pas réussi à faire un sans-faute au premier test de connaissance ! Ce qui prouve bien l’utilité de cette initiative, dont le prix de 5,49 euros pour chacune de ces applications est bien minime au regard du service rendu.

Facebooktwittermail

14 Replies to “Les documents nautiques sur support électronique [MAJ]”

  1. Seul problème pour les données numériques à consulter en ligne : avoir une connexion internet ou 3-4g . Ce qui n’est acquis dans beaucoup de région du monde . Dans les Caraïbes la chasse aux spots wifi accessibles et pas epuisés par trop de connexions c’ est une quasi obligation quotidienne

    1. Toutes les données citées dans cet article sont à télécharger, pas à consulter en ligne. Il suffit de s’y prendre à l’avance.

  2. Merci Francis pour ces informations pertinentes et adresses très utiles qui ont dû échapper à beaucoup de navigateurs, moi le premier.
    Cordialement

    Joel
    Centurion 40 Arawak

  3. Bonjour Francis
    Je suis nouveau sur votre mailing liste et je suis très heureux et satisfait de ce que trouve, pour les instructions nautiques y a t’il une mise à jour à faire, et si oui lesquels les nôtres sont de 2005 mais il est vrai que naviguons en Grèce et cela ne nous a jamais été demandé.
    Merci de votre réponse
    Daniel

    1. Les dernières versions des Instructions Nautiques datent de 2010 (INC2A,C2B, D3). Mais si vous disposez du Bloc Marine de votre zone c’est parfaitement toléré.

  4. C’est bon je viens de réussir à installer “signalisation maritime 3C”, peux-tu me donner des liens où je peux télécharger les autres PDF, stp ?
    Merci d’avance

    1. Le lien principal est dans l’article ! Il suffit de cliquer sur les rubriques “Ouvrages généraux” puis le lien “Tout voir“. Faudrait faire un effort 😉

    2. Désolé je ne suis pas revenu éditer mon commentaire mais en fait j’avais trouvé. Encore merci pour ce que vous faites.
      Par-contre c’est vraiment bien qu’ils acceptent les documents nautiques en version numérique ça prend moins de place.
      Bon dimanche

  5. Très intéressant et utile (comme d’habitude en fait 😉 ) , merci.

    Didier Parez soulève une question bien intéressante qui m’intéresse également.

    Concernant cet article du 31/12/14, j’apporterai une petite nuance …
    Francis nous dis qu’il y a 3 types de documents : les obligatoires, les indispensables, les utiles.
    Pour ma part je dirai qu’il y en a 4 (et non 3) :
    – les utiles
    – les indispensables
    – les “obligatoires au format numériques mais pas nécessaire sur papier”
    – les “obligatoires mais qu’il vaut mieux avoir sur papier car tôt ou tard l’électronique ça tombe en panne”

    Chacun fera son propre classement car je ne pense pas qu’il y ait une vérité universelle.

    Prenons l’exemple du GPS. Tout le monde l’utilise, c’est très répandu, peu coûteux, et hyper précis. Mais les pannes possibles sont :
    – panne de l’instrument (probabilité décroissante selon le nombre d’appareil donnant les coordonnées GPS mais qui ne sera pas nulle)
    – panne des batteries (ok, j’avoue c’est excessif)
    – panne de ce qui produit l’électricité (alternateur, panneau solaire, …)
    – panne de ce qui transmet l’électricité aux batteries (chargeur)
    – panne quelque part sur le circuit électrique (cables, fusibles)
    – dérèglement (volontaire) de ceux qui contrôlent les satellites GPS
    – arrêt provisoire (de quelques minutes à plusieurs semaines/mois) du côté des satellites GPS (on se souvient la guerre en Irak)

    J’en oublie certainement.

    Pour ces raisons, les éphémérides + tables + sextant devraient être obligatoires à bord pour la navigation à plus de XXX MN. (Je vous rassure je n’en ai pas et je ne sais même pas m’en servir).

    Ce que je pointe du doigt là ça n’est pas le GPS mais le principe du porter sa sécurité sur l’électronique qui ne peut être fiable à 100%.

    P.S. : je suis de la génération 80, j’ai toujours été baigné dans ce qui est électronique/informatique/internet (partout, tout le temps) … mais je m’interroge de plus en plus.

  6. Bonjour Francis
    Qu’en est-il de l’obligation d’un journal de bord (Affaires Maritimes, assurances) ? Si c’est toujours obligatoire, une édition électronique est-elle autorisée ? La trace de notre route sur un lecteur de cartes peut-il être considéré comme un journal de bord ? Quels sont les données minimales obligatoires devant s’y trouver (position, cap, vitesse, vent…). J’avoue ne pas en tenir à bord, mais je me suis fait remonter les bretelles par le bateau de la douane de Polynésie (2 jours avant qu’il ne se mette au plein sur les Tuamotu, le bateau de la douane pas le mien !).
    Connais tu un journal de bord pour iPad simple à utiliser ?
    Même de l’autre coté de la planète en Nouvelle Zélande tes conseils sont précieux.
    Didier (See you later Alligator)

    1. Salut Didier, bel été en NZ ?
      Un journal de bord est toujours obligatoire, c’est l’unique document faisant preuve en cas de fortune de mer. Il sera toujours exigé par les autorités maritimes. Je n’ai malheureusement pas encore trouvé de journal de bord électronique satisfaisant. La plupart sont des logbooks US orientés motonautisme. L’idéal serait une application de navigation qui génère les données dans un livre de bord dans lequel il n’y aurait plus qu’à saisir des commentaires. Cela a été mis en oeuvre dans NavPlay, mais cette app cumule de nombreux défauts qui la rende inutilisable (bugs, carto exclusive C-Map, développement chaotique). Mais cette idée est en gestation chez certain développeur de mes connaissances. Wait and see…

Les commentaires sont fermés.